VILLAGES TRIBAUX DU BURKINA FASO PDF Imprimer E-mail
                
10 JOURS / 9NUITS Le Burkina Faso tire ses origines des migrations de populations de l’actuel Ghana. L’histoire précoloniale de la Haute Volta (c’est ainsi que s’appelait le Burkina Faso), est étroitement liée à celle des peuples Mossi. Les Mossi, arrivés antérieurement de l’Est (peut être du Tchad), se seraient stabilisés dans un premier temps au Pays Dagomba, avant de remonter à partir du XI siècle, plus au nord pour s’installer dans le bassin supérieur de la Volta. Les peuples Mossi qui portent avec eux leur organisation sociale, auront une grande influence sur l’histoire de ce pays. Hors mis les légendes fantaisistes que racontent les traditions locales sur la dynastie des rois Mossi, il relève que l’histoire de ce singulier empire est celle d’une aristocratie de cavaliers entourés dans une organisation de type féodale ayant au sommet la cour des Moro Naaba. Malgré les vagues de conquêtes de la seconde moitié du XV siècle, l’empire Mossi réussi non seulement à conserver a structure et son organisation traditionnelle, mais aussi à survivre aux évènements historiques qui se sont succédés pendant des siècles, conservant ainsi son identité jusqu’à nos jours. A la fin de la deuxième guerre mondiale, la colonie de la Haute Volta fut crée sous le patronat français. Quand Thomas Sankara prit le pouvoir en 1983, il changea le nom du pays en Burkina Faso qui signifie « pays des hommes intègres ».
Le Burkina Faso est un pays riche en histoire et traditions séculaires qui revivent encore aujourd’hui grâce à la contribution de la multitude d’ethnies qui occupe son territoire. Ce sont au moins soixante ethnies, chacune avec des caractéristiques sociales et culturelles bien distinctes. Chaque groupe possède par exemple son art statuaire, généralement en bois, qui se manifeste surtout lors des funérailles, des initiations et des fêtes. Et c’est seulement dans le dernier cas que l’on peut voir danser les masques. Les plus fameux sont ceux des Mossi, des Lobi et des Senoufo. Les premiers font des masques antilopes, haut de plus de 2mètres, peints en rouge et blanc. Les Bobo sont connus pour leurs masques représentant des animaux, surtout ceux représentant des papillons larges de plus d’un mètre, avec des rainures blanches, noires et rouges. Enfin, les Lobi taillent dans le bois des statues, des bâtons et des tabourets qui deviennent des fétiches destinés à la protection de la famille (généralement visibles aux entrées et autour des habitations).
 
Le présent circuit nous amènera découvrir les us et coutumes des diverses ethnies du Burkina Faso, leurs cultures et les leurs traditions. Les Mossi occupent le plateau central, les Bobo, Dioula, Lobi et Senoufo occupent l’ouest et le sud ouest du pays.
 
 
 
 
Jour 1:
Arrivée à Ouagadougou 
Arrivée à l’aéroport international de Ouagadougou, accueil et transfert des voyageurs au centre d’hébergement.
         
Jour 2 :
Excursion à Laongo
Petit déjeuner et excursion à Laongo pour admirer les sculptures sur des  blocs de granit. C’est un véritable musée à ciel ouvert, rassemblement d’oeuvres d’artistes du monde entier, qui tous les deux ans, viennent s’exprimer sur ce site.
Retour à Ouaga, déjeuner libre. Dans l’après midi, visite de la ville de Ouaga. Ouaga, « abréviation de Ouagadougou comme on aime l’appeler ici), la capitale du Burkina Faso, se trouve exactement au centre du pays, au point de rencontres des divers commerces traditionnels. En plein centre ville, trône le palais du Moro Naaba, Roi des Mossi, ethnie la plus importante du Burkina Faso. L’Empereur des Mossi ou Moro Naaba, joue un rôle important dans la société moderne. Nous visiterons le marché central et le village artisanal où vous pourrez voir les artisans travailler le bois, le bronze etc. Dîner en restaurant, et nuit à l’hôtel.
                                                                                                     
Jour 3:
Ouagadougou / Bobo Dioulasso
Route pour Bobo - Dioulasso, la capitale économique du Burkina Faso. En cours de route, visite de la mare aux crocodiles sacrés. Déjeuner à Boromo et continuation. Nous visiterons également la mosquée en terre à Ouahabou. C’est un petit village sur l’axe Ouaga-Bobo, qui au XIX siècle fur la capitale du royaume de Ouahabou, crée par Mamadou Karantao en 1850. Ce royaume annexa, à partir de Boromo, les peuples Kô, Bwaba. Il tenta de s'imposer aux Lobi et Dagari, mais en vain. Ce fut un royaume très islamisé et l'un des temoins vivants est la célèbre mosquée de Ouahabou, à l'architecture soudanienne marquée par son minaret effilé, hérissé de pieux de bois, piliers et pinacles en forme d'obus et surmonté d'oeufs d'Autruche, le tout en banco, à l'image des mosquées de Djenné, de Tombouctou (au Mali) ou d'Agadez (au Niger). Arrivée à Bobo, installation à l’hôtel. Dîner en restaurant avec animation culturelle, et nuit à l’hôtel
 
Jour 4 : Bobo
Petit déjeuner et visite de la ville. Bobo Dioulasso signifie « la maison des Bobo et des Dioula », deux ethnies qui vivent dans cette région ; les Bobo parlent la langue Bwa et les Dioula sont très apparentés aux Bambabra avec qui ils ont en commun, 85% du langage. Belle ville africaine, avec ses voies bordées d’arbres, Bobo est la plus verte des villes burkinabés. La plupart des quartiers ont conservé l’atmosphère coloniale. Entre autre la vieille Mosquée, le vieux quartier Dioulassoba, la gare de train. Bobo est un carrefour d’art et de musique. Au cours de la journée les antiquaires offrent de beaux exemples de masques en bois : papillons, hiboux, caïmans, soleil … Déjeuner libre. Dîner en restaurant : soirée musicale à base de balafon et de Djembé (Tambour typique mandingue). Nuit à l’hôtel.
 
Jour 5 :
Bobo / Banfora
Petit déjeuner et départ pour Banfora. Stop à Fabedogou pour admirer les dômes, ensemble de rochers granitiques taillés par l’érosion en forme de cases au toit de chaume. Arrivée à Banfora, visite des champs de canne à sucre. Dîner et nuit à l’auberge Canne à Sucre.
 
Jour 6:
Banfora
Petit déjeuner et départ pour Sindou, où les rochers, taillés par l’érosion présentent de formes surprenantes : anthropomorphes ou d’oiseaux e d’autres animaux. Puis visite des villages environnants : Samo, Turkia, Senoufo.
Les peuples Senoufo, diffusés dans toute la Côte d’Ivoire, construisent leurs villages autour de forêts sacrées où se tient la formation des jeunes en trois cycles de sept ans. Les jeunes passent une partie de l’année dans la forêt où ils apprennent la tolérance, la patience, la ténacité et seulement en dernier lieu la force. Ces forêts se reconnaissent par le fait qu’elles sont constituées de très grands arbres, alors que tout autour il n’y a que des arbustes. Cela est dû au fait que dans la forêt sacrée, on ne peut ni couper les arbres, ni allumer le feu. Les villages Senoufo sont constitués de maisons circulaires, ouvertes sur des cours communes et de splendides greniers fuselés. Retour et relax au bord du lac. Déjeuner pique-nique. Possibilité d’admirer les hippopotames à bord des pirogues avec les pêcheurs du village. Retour à Banfora en fin d’après midi, dîner et nuit à l’auberge Canne à Sucre.
 
 
 
Jour 7&8 :
Banfora / Gaoua / Ouagadougou
Petit déjeuner et départ pour Gaoua. En cours de route, nous pourrons admirer les ruines de Loropeni et le sanctuaire des rois Gans à Obiré. Visite des villages Lobi, ethnie qui a conservé sa structure sociale. Anarchistes de nature, les Lobis ne construisent pas des villages ou des agglomérations, mais vivent plutôt dans des habitations mono familiales appelées Soukalà, fermées comme des forteresses. Elles sont distantes les unes des autres d’au moins trois tirs d’arc. Les maisons forteresses se développent à l’intérieur d’un dédale de couloirs qui mettent en communication l’espace réservée à chaque femme à celle du chef de famille. Animistes purs, les Lobis de dédient à des pratiques traditionnelles, et ce n’est pas rare de trouver des fétiches à l’entrée des maisons. Ce sont des habiles artisans, et de fois on trouve quelques uns occupés à faire des tabourets ou à travailler l’argile pour fabriquer les vases. Visite du musée des Civilisations. Déjeuners libres. Dîner et nuit à l’hôtel Hala. Puis transfert à Ouagadougou via Diébougou et Boromo. Dîner et nuit à l’hôtel.
 
Jour 9 :
Vol retour
Petit déjeuner et visite du village artisanal, célèbre pour ses produits dans toute l’Afrique. Déjeuner libre. Temps libre pour les visites et activités individuelles. Une chambre en Day-use jusqu’à 06:00. Puis transfert à l’aéroport pour le vol retour.
 
 
Mis à jour ( Dimanche, 02 Juin 2013 20:24 )
 

Jennifer ID Services SARL

Agence de voyage Jennifer Tour
Jennifer ID Services SARL
09 BP 360 Ouagadougou 09
Burkina, Faso
Tel. +226 50 30 73 89
Gsm. +226 70 04 79 04
Fax. +226 50 30 73 91

 info@jennifertour.com

 yaogo_denise@yahoo.fr

My status

Administration